videos

samedi 20 février 2010

Demi-tour


Samedi 20 février 2010

Position : 55°04'S
67°04'W

A quai à Puerto Toro, village le plus austral du monde

Bonjour !

Les nouvelles que je vous apporte sont assez douloureuses, car pour la première fois depuis notre départ de St-Malo, nous avons dû renoncer à un voyage, suite à une série de conjonctures défavorables, et j'ai donc le regret de vous annoncer que Paradise ne reverra pas l'Antarctique cette année. Nous avons dû faire demi-tour hier matin, après concertation de l'ensemble de l'équipage, et avons donc mis le cap plus vite que prévu vers la Terre de Feu.

Nous avons pris cette décision de rentrer hier matin, à la lecture des fichiers météo, et après concertation de l'équipage. Cela faisait déjà deux jours que nous étions partis, mais depuis le Horn, le vent ne cessait de forcir, et la bascule attendue à l'Ouest ne venait toujours pas. Le résultat, c'est que nous avions donc le vent exactement dans l'axe de la route, et que nous ne progressions pour ainsi dire pas. Ajoutez à cela de la grisaille, un peu de pluie, et le ressenti d'un vent de face soufflant à plus de 30kn, et il est facile de s'imaginer le bonheur que c'est de barrer dans ce genre de conditions ! Mixez tout cela avec le fait que seules deux personnes barraient en plus d'Arnaud et moi, et vous commencez à vous imaginer ce qui peut se passer dans notre tête. Saupoudrez de quelques vomis, d'une légère odeur de gasoil, et enfin baignez le tout d'une humidité maximale, et ça y est, vous êtes avec nous dans le Drake, et redoutez le prochain moment où une main humide et froide va se glisser sous votre duvet en vous appellant sur le pont !

En clair, la météo n'étant vraiment pas favorable avant le milieu de semaine prochaine (tout au mieux), il y avait deux options : continuer et donc imaginer mener le bateau à 4 jusqu'en Antarctique, et retour, avec la certitude que cela serait dur et prendrait beaucoup de temps avec les vents contraires, ou faire demi-tour et aller explorer les canaux de Patagonie. Après une longue réflexion et la consultation de l'ensemble de l'équipage, c'est finalement cette deuxième solution qui a été retenue, et c'est sans doute la meilleure, car cela permettra à tout le monde de vraiment en profiter.

C'est donc déçus que nous avons fait demi-tour et renoncé à nos rêves d'Antarctique, même si au final, il s'est rapidement avéré que c'était réellement la bonne option. En effet, en arrivant à Puerto Toro cette nuit vers deux heures du matin, le coulisseau de latte forcée s'est bloqué, et nous nous sommes retrouvés totalement incapables de descendre la maudite grand-voile. La suite est délectable, vous en conviendrez, puisque j'ai une fois de plus enfilé le harnais, fourré un marteau dans mon ciré, et grimpé gaiement dans le mât pour aller faire descendre le coulisseau récalcitrant. Croyez-moi ou non... j'ai passé plus d'une heure dans le mât pendue à mon baudrier à quelques encablures du port, à taper aussi fort que je pouvais avec mon petit marteau sur mon pauvre coulisseau de grand-voile, qui descendit donc, centimètre par centimètre ! Du jamais vu dans nos petites carrières de marin, je pense breveter prochainement cette nouvelle technique, l'"affalage marteau", très réjouissante pour les équipiers postés en bas, mais moins pour le singe que je suis !
Enfin, il nous a suffi de nous imaginer avoir à faire la même chose avec 50kn de vent en Antarctique, et on a tout de suite le sentiment d'avoir pris la meilleure décision hier matin, alors que nous tournions le dos à la Péninsule le coeur serré.

Aujourd'hui, les 4 barreurs avaient petite mine au réveil, mais la vie reprend son cours, et chacun reprend du poil de la bête à sa manière. Arnaud et Seb sont partis dans un grand nettoyage, les autres sont partis se balader, les crabes sortent tout juste de l'eau bouillante, et moi... bah va falloir que je me mette à préparer le déjeuner ! Après une session bricolage prévue sur la GV cette après-midi, demain, nous mettrons donc le cap vers Williams, avant d'aller explorer les recoins merveilleux des bras Sud et Nord du Beagle, à la découverte des glaciers de Patagonie. Et rassurez-vous, cela promet d'être une superbe croisière !

Salutations Fuégiennes, donc !

Juliette pour l'équipage de Paradise

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut a toute l'equipe
nous pensons que vous avez certainement pris la meilleure solution et vous souhaitons vivement un voyage formidable
LOLO Philou et les enfants qui pensent à vous

Dany a dit…

J'imagine votre déception, mais l'option choisie est certainement la meilleure. Je vous souhaite de vivre des moments de bonheur dans les glaciers de Patagonie. J'espère que ce n'est pas toi qui était malade mon Zouzou ?

Paul a dit…

Jeanine Mitou et moi sommes rassurés que vous ayez choisi cette option, les glaciers de Patagonie c'est pas mal non plus, en Vendée tout va bien 'jouissez bien de l'envol'gros bisous Jeanine Mitou et Paul.

Anonyme a dit…

Salut a vous les aventuriers,
Sage décision et occupez vous bien du petit Bordelais.
Aurélien et Virginie

Anonyme a dit…

Bravo pour ce choix de raison qui a sans aucun doute été difficile pour vous. Nous vous souhaitons plein de bons (meilleurs) moments dans des conditions plus favorables. LCIRESA pour JBP

Anonyme a dit…

Philip, I trust that your detour will be a good one. Your cousin in Indiana, USA. Steven

Les Doryphores a dit…

Tous les jours avec vous pour suivre cette exceptionnelle aventure. Gros bisous des doryphores !!!!